Recherche personnalisée

Aphrika

Permettre aux Africains de se retrouver autour d'une histoire commune, fédératrice de solidarité et d'amour mutuel.Revaloriser notre culture et nos valeurs et traditions Africaines.

25 mars 2011

Les origines des esclaves des Antilles

Par G. Debien extrait ' Bulletin de L'INSTITUT FRANçAIS D'AFRIQUE NOIRE ', Dakar IFAN Tome XXVII Juillet-Octobre 1965 N° 3-4

A SAINT-DOMINGUEthumbnail1

Les marrons autour du Cap en 1790 et en 1791

La Gazette du jour devenue dès le 28 novembre le moniteur colonial, est un quotidien qui parut au Cap-Français sous la direction d'Honoré Dubuisson, du 1er  novembre 1790 au 20 Août 1791, c'est à dire au cours des dix mois qui ont précédé le soulévement des esclaves du Nord.

Ce journal publie les listes des marrons repris dans les quartiers du Cap, de Fort-Dauphin, Port-de-Paix, Saint-Marc,Port -au- Prince, Grand-Goave, et parfois Léogane et Saint-Louis.Elles sont longues.Et celles, beaucoup plus courtes , des marrons qui viennent de s'échapper.Ces deux sortes de listes ,ont été analysées et chaque esclave distingué par un numéro.A côté ont été relevées les ventes d'esclaves.Mais que ces derniers esclaves aient un nom ou qu'ils n'en aient pas, il ne leur a pas été donné de numéro.

Ces listes doivent nous dire si à l'avant-veille de l'insurrection du Nord le nombre des fuites , le genre des marrons, sont des signes avant-coureurs des événements prochains.Les marrons s'organisent-ils par bandes, sont-ils armés, dans les mornes, , à proximité  du Cap ou des gros bourgs? A-t-on l'impression qu'il se prépare  quelque chose ? L'on a donc pas besoin de souligner l'intérêt de ce journal.

Malheureusement, il ne nous est pas parvenu complet.Nous n'avons qu'un peu plus des cinq premiers mois.La bibliothèque Nationale (4° le 12/2) posséde les numéros de novembre, de décembre 1790, de janvier,de Février, et mars 1791 et les numéros 243 (7 Juillet 1791) et 292 ((20 Août 1791), le dernier .Les Archives Nationales (AD XXa 441)ont les numéros 163-165,167-173,180-182,207-213 et 238-240, mais ils sont égarés.C'eût été quelques vues fragmentaires sur la période qui correspondait à notre plus grande curiosité.

Les signalements ont été méthodiquement résumés pour faire plus court et ordonnés d'une manière régulière pour faire plus clair.Les déclarations des repris, ne sachant ni leur nom ni celui de leur maître, se répètent tant, qu'on les a supprimées pour la plupart.

La vente par adjudication au siége du Cap le 27 août, du fonds d'imprimerie appartenant à la succession de feu sieur L'Honorey Dubuisson tenant l'imprimerie du peuple , place d'Armes, avec exploitation du journal le moniteur colonial,met fin à cette feuille.

Sa disparition ne fût donc pas provoquée par le soulévement des esclaves.

****  ****  ****  ****   

1--24 Octobre 1790-- Un nouveau,25 ans, sans étampe apparente, le front garni des marques de son pays , de fort grandes sur les joues, une à chaque côté du nez, sur le creux de l'estomac , sur le ventre, les oreilles percées, n'a pu rien dire, arrêté au Camp de Louise.

2--1er novembre-- Janvier, 24 ans, Mozambique, étampé sur le sein droit, marques de son pays , oreille gauche percée. Arrêté au Limbé,

3--Id-- Barbe,agée de 20 ans, Créole,sans étampe, cicatrice au cou petite.

4--Id- Ulysse, agée de 22 ans, Créole, sans étampe cicatrice.

5--2 novembre-- Agathe, 23 ans, Créole, étampée.

6--Id-- Marie, 26 ans , Mandingue, étampée, marque de son pays.

7--3 novembre-- Louis, 25 ans, Mondongue, étampé deux fois.

8--Id-- Rosine, 4 ans, Sénégalaise, taille moyenne, jolie, sans marque ni étampe, se disant Créole.L'arrêter, qu'elle ait ou non un billet,qu'elle ait ou non des marchandises ( 6 gourdes de récompense, soit 396 livres).

9--4 novembre--Etienne, 16 ans, Créole,étampé.

10--Id--Constance, 18 ans, Créole, sans étampe.

11--Id--Ambroise, 20 ans, Créole, sans étampe.

12--Id--Gertrude, 34 ans, Créole, sans étampe.

13--5 novembre-- Cité, agée de 33 ans, congo, étampe renversée, de l'habitation Vaudreuil.

14--6 novembre--Charles, 35 ans,Congo, étampe illisible, un doigt de la main gauche difforme, la main gauche blanche et gravée de verrette.

15--Id-- Jean , 27 ans, Mandingue,étampe peu lisible.

16--7 novembre-- Jean, 34 ans, Congo, étampé.

17--Id-- Négresse nouvelle, 20 ans, Congo, étampée, marque de son pays.N'a pu rien dire.

18--Id--Négresse nouvelle,45 ans, Congo, sans étampe, marques de son pays.

19--8 novembre-- Janvier, 30 ans, Congo, étampé.

20--Id--Vincent, 30 ans, Créole, sans étampe, cicatrice au front.

21--9 novembre--Ariane, 20 ans, Ibo, étampe illisible, marque de son pays au milieu du front.

22-9 novembre-- Jean Baptiste, 55 ans, Créole, étampé deux fois.

23--Id--Flore, 20 ans, Arada, étampée, marques pays sur joues.

24--Id--Rose, 22 ans, Congo,étampée, marques pays sur le ventre.

25--Id--Aucassin, 18 ans, Créole,collier autour du cou, avec une longue et forte chaîne, les oreilles coupées.

26--10--novembre-- Félicité, 18 ans, Congo, étampée, marques pays sur le ventre.

27--Id-- Jean-Louis, 22 ans, Mozambique, 2 étampes, cicatrice au creux de l'estomac.

28--Id-- Nouvelle, 45 ans , Congo, sans étampe, marques pays , ne sachant pas à qui elle appartient.

29--12 novembre--Télémaque, 22 ans, Congo, sans étampe, marques pays sur la poitrine, cicatrice sur le ventre.

30--Id-- Pitre, 28 ans, Congo, sans étampe, petite cicatrice sur le bras gauche, malingre au pied droit; se disant appartenir à Mr Manuel.

31--Id--La malice, 25 ans , Congo, étampé, beaucoup de marques sur la poitrine.N'a pu dire à qui il était.

32--15 novembre--Mars, 22 ans, Congo, étampé, marques pays aux tempes.Ne sachant à qui il est.

33--Id--AdelaÏde, 10 ans, mozambique,étampée.

34--Id-- François, négrillon, ,Créole de 10 ans, sans étampe.

35--Id--Marianne, 30 ans, Créole, sans étampe, oreilles percées, disant appartenir à l'habitation Choiseul.

36--16 novembre--Phillipe, 30 ans, Ibo, étampé.

37--Id-- Limtor, 20 ans , Congo, étampé, marque pays aux bras.

38--Id--Jean-Baptiste, 30 ans, Congo, étampé, nabot à chaque pied.

39--19 novembre-- Toussaint, 18 ans , Nago, sans étampe, grande brûlure, marques pays aux joues et au ventre, appartient à La Fortunée.

40--Id--Jean, 26 ans Bambara, étampé, marque pays sur le devant du corps.

41--21 novembre--Daphnis, 20 ans , Congo, cicatrice à travers la poitrine.

42--Id-- Janvier, 25 ans, Congo, étampé.

43--Id-- Jean-Louis, 35 ans, Congo, étampé.

44--Id--L'Eveillée, 32 ans, Bambara, étampé, marque pays.

45--Id--François, 15 ans , Congo, étampé, cicatrice sur la poitrine.

46--Id--Joachim, 20 ans, Sénégalais, , étampé, marques pays sur les deux sourcils.

47--22 novembre--Négrillon de 9 ans; sans étampe, deux petites cicatrices à l'épine du dos  et au poignet gauche.Ne sachant à qui il appartient ( Créole probablement).

48--Id--Négresse nouvelle, 20 ans , de nation paquoy, sans étampe, marques pays sur la figure, les oreilles percées. Ne sachant à qui elle appartient.

49-Id-Gontant, 35 ans, congo, étampé, marques pays sur la poitrine.

.....

.....

558-7 Juillet 1791-Charles, 9 ans , mulâtre cérole, sans étampe.

559-Id-Nouveau, étampé, marques pays sur le devant du corps, fort maigre et malade.

560-Id-Jean Baptiste, 26 ans, Sénégal, au sieur Joseph, mulâtre libre, des cayes.

561-Id-AdelaÏde, négrillonne, 10 ans , congo, étampe illisible, au même.

562-20 Août 1791-Désirée, 28-30 ans, Misérable assez puissante de corps, de taille moyenne, rouge de peau, marques de verrette, cicatrices étampée, soupçonnée d'être dans le quartier du Trou.

 

  Ecartons ici les noms des esclaves mis en vente et retenons seulement ceux des marrons.On groupe 560 noms.C'est donc un nombre assez important pour permettre des observations générales.

Précisons la portée de ces listes. Publiées par un journal du Cap, il y 'a toutes chances qu'elles correspondent en gros à ce que fut en fait le marronage au Cap et dans ses environs. En effet, la liste des fugitifs déclarés et des marrons repris en ce quartier sont  non seulement longues, mais à intervalles réguliers.Les listes venues des autres quartiers sont plus courtes et bien moins régulières. Les marrons de Saint-Marc, de Port-de-Paix, de Port-au-Prince et de Petit-Goave ont dû être bien plus nombreux que ceux que nous pouvons compter ici. Les listes de l'Ouest sont publiées avec retard. Pour la presqu'île du Sud nous n'avons guère que les marrons des quartiers de Petit-Goave et de Saint-Louis, et quelques-uns de Léogane. Nous ignorons donc à peu prés tout du marronnage dans le sud et bien des choses de celui de l'Ouest. Hors du Cap et de sa région, n'essayons de statistique régionale. Si le déclaration des fugitifs au greffe  de la sénéchaussée  était obligatoire, donc leur enregistrement, on ne  voit pas que la publication de leurs noms fût imposée sur une gazette locale.Les comptes des plantations , qui renseignent sur le va-et-vient des marrons , ne portent de dépenses pour annonce de fuite que de loin en loin.Toutes le fuites ne sont pas publiées.Sont-elles toutes déclarées au greffe? Il serait naÏf de le croire.Si les prises sont plus facilement annoncées par les greffiers et les geôliers, le sont-elles toutes? Soyons assurés que les déclarartions des fugitifs et que leurs prises correspondent pas exactement à ce qui s'est passé.

En 1790 et en 1791 le signalement des esclaves , à leur départ ou à leur entrée ne prison, est bref. On s'en tient aux signes physiques, on s'arrête peu à la teinte de la peau.Les vêtements sont rarement décrits.

1--Origines Ethniques

Il nous faut retrancher 170 noms de ces 562 marrons, ceux qui sont présentés . Parmi eux on a à distinguer les nouveaux et les anciens. A côté de 99 anciens il est 71 nouveaux. La répartition mensuelle des anciens d'origine inconnue est fort instructive. Au mois de Novembre 1790, 32 noms d'anciens de race non déterminée sont publiés . En Décembre 8, en Janvier 5, en Février 13, mais en Mars aucun. Ce doit être le résultat, d'un effort plus grand pour parvenir à savoir à quelle race appartiennent les marrons repris, d'un interrogatoire plus serré à leur entrée en geôle ; cette exigence plus grande montrerait que les précautions ont redoublé contre le marronage. 

 

 

         
Novembre 1790.
         
  Hommes Femmes Total
Sans indication d'origine 22   22
Nouveaux Sans Origine connue 1   1
Congos   3 3
Mozambiques 2   2
Paquoy   1 1
Créoles   8 6 14
Congos   19 4 23
Mozambiques 3 1 4
Ibos   2 1 3
Sénégalais   1 1 2
Aradas   1 1 2
Mandingues   1 1 2
Mondongues   3   3
Bambaras   2   2
Nago   1   1
Tiamba   1   1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Decembre 1790.
         
  Hommes Femmes Total
Sans indication d'origine 7 1 8
Nouveaux d'origine inconnue 4 3 19
Congos 3 1
Ibos 2 1
Haoussa   1
Mozambique 1  
Nago   1
Bambara 1  
Barouba 1  
Mûlatre   1   1
Créoles   10   10
Congos    21 1 22
Mondongues   6   6
Mozambiques 3   4
Sénégalais   3   3
Ibos   3   3
Nagos   4   4
Taquois   2   2
Arada   1   1
Mina   1   1
Bambara   1   1
Mandingue   1   1
Aubane   1   1
Danois   1   1
Indien   1   1
Portugais   1   1
Tiamba   1   1
Martiniquais   1   1
         
         
Janvier 1791.
         
  Hommes Femmes Total
Sans origine connue 5   5
Nouveaux Sans origine connue 4   23
Congos 5 2
Ibos 3  
Mozambiques 3  
Poulard 1  
Nago 1  
Haoussa 1  
Kambis 1  
Bambara 1  
Barouba 1  
Mûlatre   1   1
Créoles   17 4 21
Congos   39 6 45
Mondongues   6   6
Ibos   5 1 6
Maquois   8   8
Haoussas   4   4
Mozambiques 4 1 5
Nagos   2 1 3
Bambaras   3   3
Minas   3   3
Aradas   2 1 3
Anglais   1 1 2
Taquois   1 2 3
Misérables   2   2
Soussous   1 1 2
Mandingues   1 1 2
Badé   1   1
Moco   1   1
Sénégalais   1 1 2
Cramenty   1   1
Bambia   1   1
Portugais   1   1

A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marron, onne: se disait dans les colonies, d'un esclave qui s'était enfui dans les bois ou dans les montagnes pour y vivre en liberté.Négre marron.

Etampe: Marque imprimée sur les esclaves à l'aide d'outil pour travailler le fer ou autre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par NGLAYE à 09:30 - HISTOIRE - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Domage !

    C'est effectivement un recours aux archives qui nous aidera à révéler des informations qui nous ont été cachées jusqu'ici. Les informations fournies par ce journal de l'époque coloniale montre effectivement la diversité des origines des esclaves transférés dans les îles. Je me réjouis de savoir que depuis cinq ou sept ans, les écrits sur l'esclavage se multiplient.

    Posté par St-Ralph, 29 mai 2008 à 13:52
  • c'est bien de rappeller aux africains Leurs histoires concernant les esclaves,en ce moment ils vont se connaître et redoubler d'efforts là où ils sont partout dans le monde.
    Bon courage à tous les Africains.
    VIVEMENT L'AFRIQUE.
    BRAVO,BRAVO,BRAVO.

    Posté par halima, 06 juin 2008 à 15:01
  • Tres interessant tout ça

    Posté par Djé, 01 juillet 2008 à 17:59
  • esclave Béluse en Martinique

    Bonjour, En vérité je cherche l'origine d'un certain esclave arrivé en 1788 en Martinique et engagé sur la propriété Senglis et qui fut accouplé à une esclave car on l'avait pris comme esclave reproducteur. C' était un esclave arrivé sur le même bateau que le premier Longoué, en principe venant d'Afrique.Quel pays ?????

    De cette lignée il serait né un Mathieu Béluse en 1926 qui qui aurait marié une Marie Celat toujours en Martinique.

    Comment pourrais-je savoir s'il existe toujours des Béluse en Martinique? Et de quelle souche?...

    En tout cas j'apprécierais toutes informations qui pourraient guider mes recherches....

    Lucie


    * Mais peut-être vos recherches ne se font-elles que du coté d'Haiti!!!En tout cas c'est très pertinent de rappeler ces honteuses histoires d'esclavage....

    Posté par Lucie, 25 novembre 2010 à 23:56
  • Your Blog is very good, I like it! Thank you for your sharing!

    Your Blog is very good, I like it! Thank you for your sharing!

    Posté par Canada Goose Coa, 24 septembre 2011 à 08:58
  • De toute façon il n'y a qu'une chose à faire et tout le monde sais c'est quoi, le retour des noirs en Afriques, après le fait de savoir où l'on va aller, c'est un besoin pour certains et pour d'autres ils choisiront d'aller là où il ont envie, de toute façon c'est leur continent donc on il n'y que le simple retour qui faille promotioné.

    Posté par Sans Chaîne, 08 juillet 2012 à 00:39

Poster un commentaire