Recherche personnalisée

Aphrika

Permettre aux Africains de se retrouver autour d'une histoire commune, fédératrice de solidarité et d'amour mutuel.Revaloriser notre culture et nos valeurs et traditions Africaines.

19 juillet 2009

L'Afrique et la science

 Par définition la science (latin scientia, « connaissance ») est, selon le dictionnaire Le Robert, « l'ensemble de connaissances, d'études d'une valeur universelle, caractérisées par un objet (domaine) et une méthode déterminée, et fondées sur des relations objectives vérifiables.

 Il y’a une question qui me revient souvent  et qui est la suivante:comment expliquer le retard de l’Afrique par rapport aux sciences exactes et technologies ?

 Aujourd’hui, à part les personnes qui ont fait des études scientifiques et techniques, en Afrique, la grande majorité reste ignorante des principes et notions scientifiques les plus élémentaires. En somme, nous manquerions de culture scientifique et l’Afrique est à la traîne dans les domaines de la  technologies. Pourtant ailleurs dans le monde, en Chine et en Inde, dans le monde Arabe, l’occident est en train d’être dépassé, alors que l’Afrique semble être toujours au moyen âge. Les notions scientifiques de bases dans les domaines de la vie comme la chimie, la physique que les enfants et les jeunes, en inde et en Chine ont assimilées dès le lycée restent un mystère pour ne pas dire une magie, pour le jeune élève Africain. Comment au 21e siècle, des milliards d’Africains ignorent encore l’existence de l’ atome, de l’électron, les différents éléments chimiques de la nature, les lois de la pesanteurs, la structure de la matière,  en résumé, les lois qui régissent notre existence ?

 Je ne pense pas que cela soit un problème de capacité intellectuelle, car aujourd’hui, on trouve des chercheurs noirs dans les laboratoires les plus pointus partout dans le monde.

 Les noirs ont énormément participer au développement de la science et de la technique, et contrairement aux apparences, les inventions faites par les noirs sont assez éxaustives  et participent de l’amélioration de notre quotidien d'aujourd’hui.

 D’ailleurs, l’Afrique est le berceau de la science. Déjà en 3300 avant Jésus Christ, les Egyptiens, nos ancêtres  savaient déjà calculer l’aire du cercle en approchant le nombre Pi(3.14..). Ils avaient déjà des médecins, des géomètres concepteurs et des ouvriers hautement qualifiés pour la construction des pyramides, temples et tombeaux. Euclide, Thalès , Pytagores, et bien d’autres illustres savants du monde occidental sont venus se former en Egypte.

 Les sumériens (peuple du prophète Abraham),   ( www.shenoc.com  qui étaient également des noirs , qui vivaient au sud de l’actuel Irak, ont fondé la 1ere civilisation véritablement urbaine, avec des connaissances en génie civil très poussées (brique, pont, port, égout, mines et usines), donnant naissance à la profession d’architecte et d'ingénieur, dès 3300 ans avant Jésus Christ. Ils ont également inventé l’abaque, le véhicule à roue, l’arche, le savon, la phytotérapie etc ..L’atronomie, la physique, la chimie  y étaient déjà pratiqués.

Alors la question qui se posent est de savoir qui détenait et ou sont passées ces connaissances ? N’avaient-elles pas été transmises progressivement aux gens du peuples ?   était-ce seulement une minorité, les prêtres, adulée et vénérée qui avait l’accès à ce savoir ?

 L’esclavage, la colonisation, les guerres, les razzias qui ont duré pendant 5 siècles au total ont ont-ils étaient les facteurs qui ont empêché la transmission et le développement de la science et de la technique en Afrique ?

Si oui, cela ne peut pas expliquer totalement cette carence, car l’Inde, la Chine, le Japon, et les pays Arabes ont été aussi colonisés.

 Raison pour laquelle je reste convaincue de la responsabilité de nos dirigeants.  Je suis souvent sidérée de constater que ce retard  ne semble pas poser problème à nos gouvernants,  de laisser leurs peuples, naître, grandir et mourir dans l’ignorance la plus totale .

 Si l’Afrique possède 40 % des réserves de matières premières comme on nous le répète si souvent, la majorité des Africains ne savent pas quelles sont les matières premières gisant sous leurs pieds, ainsi que leur utilisation donc leur valeur. Or tout le monde sait que ce qui donne de la valeur ajoutée, ce n’est pas le produit brut, mais sa transformation sur place.

 A quoi sert la matière première sans la matière grise ? comme dirait un certain chanteur coloniste : < ils n’ont pas de matières premières mais ils ont les idées…>.

Au rythme ou vont les choses, les jeunes Africains continuent de voir la science et la technique comme « une affaire de blanc », convaincus, pour la majorité de ne pas ‘ pouvoir comprendre ces choses si compliquées ‘.

Si  aucune politique n'est mise en place par nos dirigeants pour développer l’apprentissage et l’amour des sciences dès le plus bas âge et attirer le maximum de jeunes dans ces filières, que sont les matières scientifiques, la recherche, la technologie,  l’Afrique se fera toujours marginalisée et ne pourra jamais se développer.

 Je reste convaincue que le seul champ de bataille où les nations  se mesurent aujourd'hui reste le domaine du savoir et le savoir-faire.

Posté par NGLAYE à 09:40 - Regard - Commentaires [27] - Permalien [#]

Commentaires

    De la connaissance...

    La réponse à ta question se trouve en partie dans ton analyse. Je crois que c'est plus le désespoir ou l'impatience qui nous pousse à poser cette question.
    Aucun peuple - ni même les Noirs - n'est demeuré trop longtemps en marge de la science de ses voisins. Les Noirs et les autres ont échangé leurs connaissances. N'oublions pas que les Européens ont une idée négative de ce qu'il appelle le Moyen-âge ; c'est à dire la période allant du 7è au 15 è siècle. D'où l'expression " comme si on était au Moyen-Âge ". Une période où ils estiment que les choses n'ont pas beaucoup progressé sur les plans scientifique et littéraire. Au 15 è siècle, ils ont trouvé en Afrique des sociétés différentes mais aussi structurées que les leurs. Mais la rencontre de l'Afrique avec l'Europe au 15è sicle a sonné la fin de l'évolution scientifique de l'Afrique pour la raison que tu connais, alors que l'Europe connaissait une Renaissance.
    Cela revient à dire que l'Afrique traverse depuis le 15 è siècle une période de stagnation. L'éveil ne commence que maintenant. Mais cette fois, c'est l'Afrique qui va tirer profit des connaissances des autres.
    En un mot, à des périodes de sommeille succèdent des périodes d'intense productivité. Le tour de l'Afrique viendra. Nous ne sommes pas de la bonne époque toi et moi. C'est tout. Mais c'est à nous de préparer les jours meilleurs pour les générations à venir.

    Posté par St-Ralph, 15 avril 2009 à 12:16
  • Le tour de l'Afrique viendra?

    Oui, tout à fait. Mais vu comment les choses bougent, je ne crois pas que le tour de l'Afrique viendra à ce rythme. Par exemple sur le plan technique, à part l'Egypte on ne trouve nulle trace de patrimoine historique (monument, etc..) qui prouve le savoir-faire Africain. et ça va de mal en pire. Les jeunes sont très orientés sur le chose culturelle( Foot, musique etc...)
    Il suffit de regarder les chaines Africaines qui mettent du folklore à longueur de journée pour se dire qu'il n'y a que ça dans nos pays. Il faut une prise de conscience, une mise en place d'une politique en matière d'éducation technique et scientifique, plus d'émissions scientifiques et techniques, favoriser ces formations pour rêver qu'un jour l'Afrique puisse se comparer au Japon.

    Posté par aida, 15 avril 2009 à 23:08
  • Je partage entièrement le point de vue de St-Ralph.

    chère aida,
    Déjá les asiatiques n'ont pas subi d'esclavage pendant 5 siècles. Donc ca ne suffit pas de dire "ah oui, mais eux-aussi ont été colonisés". Parce que nous, quand on rentrait dans la colonisation en 1884 avec le partage à Berlin, on sortait de 5 siècles d'esclavage (5 siècles au moins! n'oublions pas les arabes)
    C'est une situation unique qui est particulière à l'africain et qu'on ne retrouve chez aucun peuple ailleurs.

    Ensuite c'est pas entièrement vrai de dire qu'à part l'Egypte on ne trouve aucune trace du génie africain ailleurs.
    Avant l'Egypte il y'a la Nubie, aux dires même des egyptiens c'est de là, du Sud, qu'ils viennent. Des découvertes récentes (Ta Seti) tendent à confirmer cela.

    Mais sinon je citerais pêle-mêle
    - le royaume shona (actuel Zimbabwe), avec des vestiges de monuments encore visibles
    - les vestiges du royaume du Mali, avec les manuscrits de Djenné. Cette bibliotheque fut de son temps l'une des plus prestigieuses et plus fournies.
    - le peuple Dogon. je t'invite à découvrir les écrits de Griaule à leur sujet. Entre autres, ils avaient découvert la présence d'une supernova (étoile) Sirius B. Non seulement ils connaissaient Sirus B, mais en plus ils ont dessiné son orbite. Revelations confirmées plus tard par les observations scientifiques modernes.
    Heu, en passant, il est impossible de voir Sirus B à l'oeil nu! Ca veut dire que les Dogons ont été suffisamment outillé pour le voir.
    - on a découvert les vestiges d'un observatoire astronomique africain dans l'actuel Kenya (Namoratunga)
    - etc
    - etc
    Il n'y a pas que l'Egypte. C'est juste que l'Egypte c'est l'apotheose.
    Sans compter tout ce qui a été découvert en pleine hérésie esclavagiste/colonialiste et qui a été soit détruit soit caché soit altéré.

    liens: je te conseille VIVEMENT le livre de Ivan Van Sertima "Africans in science". Ou à défaut, ses vidéos sur le net (http://video.google.com/videoplay?docid=646422939488958030).
    STP prends le temps d'y jetter un coup d'oeil. C'est VITAL!

    Posté par Eddy, 17 avril 2009 à 21:15
  • une derniere remarque: la traversée des bateaux négriers de l'Afrique vers les amériques mettaient au moins 3 mois. C'est vrai que beaucoup mourraient en cours de route, mais 70% au moins arrivaient vivants.
    Ce qui veut dire qu'ils étaient suffisamment en bonne santé pour supporter un tel "voyage".
    Ce qui signifie à son tour que les africains savaient et pouvaient se soigner.
    => connaissances médicales.

    Et cela se confirme par la pharmacopée dite traditionnelle africaine, qui malheureusement est en train d'être pillée par les grosses boîtes pharmaceutiques mondiales.

    Posté par Eddy, 17 avril 2009 à 21:24
  • Je suis sceptique

    Cher Eddy,
    je ne nie pas que l'Afrique a fait des découvertes et inventions primordiales en science et tevhnique. Au contraire. J'ai bien écrit que l'Afrique et le berceau de la science: toutes ces découvertes dont tu parles complètent mon message. Par contre, ce que je dis c'est que l'Afrique n'a plus beaucoup avancé depuis le 15e siècle environ, même si les Africains sont partout, de la Nasa, aux centres de recherches les plus pointus. Nous sommes à des milliers d'année-lumière derrière les autres. Mais franchement, aujourd'hui nous sommes géthoisés : on emploi les Africains majoritairement dans des activités comme la musique, la danse. Les Européens ont de nous cet image d'homme émotionnel. L'Afrique est en marge du monde scientifique. (Pas les Africains pris individuellement). Penses-tu réellement que le tour de l'Afrique viendra sans que nous nous battions pour cela? Il faut encore une fois que nous prenions conscience de notre dérive sur ce plan, que nous repensions l'éducation, nos universités. Je suis inquiète et sceptique aussi face au désintéressement dont la chose scientifique fait l'objet en Afrique. Pour que le tour de l'Afrique vienne, si tour il y' a , il faut le vouloir et le penser, pour pouvoir le réaliser.

    Posté par aida, 18 avril 2009 à 13:11
  • Je suis sceptique

    Cher Eddy,
    je ne nie pas que l'Afrique a fait des découvertes et inventions primordiales en science et tevhnique. Au contraire. J'ai bien écrit que l'Afrique et le berceau de la science: toutes ces découvertes dont tu parles complètent mon message. Par contre, ce que je dis c'est que l'Afrique n'a plus beaucoup avancé depuis le 15e siècle environ, même si les Africains sont partout, de la Nasa, aux centres de recherches les plus pointus. Nous sommes à des milliers d'année-lumière derrière les autres. Mais franchement, aujourd'hui nous sommes géthoisés : on emploi les Africains majoritairement dans des activités comme la musique, la danse. Les Européens ont de nous cet image d'homme émotionnel. L'Afrique est en marge du monde scientifique. (Pas les Africains pris individuellement). Penses-tu réellement que le tour de l'Afrique viendra sans que nous nous battions pour cela? Il faut encore une fois que nous prenions conscience de notre dérive sur ce plan, que nous repensions l'éducation, nos universités. Je suis inquiète et sceptique aussi face au désintéressement dont la chose scientifique fait l'objet en Afrique. Pour que le tour de l'Afrique vienne, si tour il y' a , il faut le vouloir et le penser, pour pouvoir le réaliser.

    Posté par aida, 18 avril 2009 à 13:13
  • Sceptique, ou plutôt impatiente?

    Je crois qu'en fait t'es impatiente, comme le dit St-Ralph.
    Le problème est que rares sont les africains qui réalisent ce qui nous est tombé dessus depuis 6 siècles.
    Aucun pays africain ne parle sa propre langue. Partout nous enseignons à nos enfants dans des langues non africaines.
    Nous commencons à peine à ouvrir les yeux sur des vérités qui nous ont été soigneusement cachées.
    Ca ne peut pas repartir comme cela comme si de rien ne fût. Il nous faudra beaucoup de patience, beaucoup.
    Et beaucoup de courage aussi, parce que les souffrances ne sont pas terminées.

    On est vraiment pas de la bonne époque. Mais chaque génération qui abandonne et baisse les bras rend la tâche exponentiellement plus difficile à la génération suivante.

    Posté par Eddy, 19 avril 2009 à 11:47
  • Urgence!

    Les deux à la fois. aujourd'hui, il est urgent de trouver une solution, pour accélérer les choses. On ne va pas attendre que par un jeu naturel des choses, que le progrès vienne à nous. Il serait important de faire les états généraux sur l'enseignement des sciences et techniques en Afrique, en incluant toute la Diaspora et les spécialistes en tout genre. Dans le but de mettre en place un système qui va développer les transferts de technologies et des sciences. En excluant de ce monde 400 millions de jeunes africains, on exclut sûrement des gens qui ont la capacité et le pontentiel de changer notre monde ( des millions de Pasteur,Openheimer, Albert Einsten et j'en passe ...) et l'Afrique n'est pas la seule perdante, mais le monde entier.
    Si ces 400 millions de jeunes étaient bien éduquées, et avaient un savoir-faire et des connaissances avérées, le développement suivra naturellement.

    Posté par aida, 19 avril 2009 à 13:00
  • Et bien...

    Ma chère Aida, je suis bien contente que tu abordes ce thème! Les sciences...le retard de l'Afrique par rapport aux avancées scientifiques...

    Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur la méconnaissance des jeunes africains vis à vis des sciences. Ceux qui ont la possibilité d'aller à l'école apprennent les bases de la chimie, de la physique et des maths. Ce n'est effectivement pas un problème de capacités intellectuelles, en effet mis à part les exemples que tu cites, la présence d'africains est notable dans la majorité des grandes écoles d'ingénieurs, universités scientifiques et autres, en local comme à l'étranger.
    Le problème pour ma part, ce sont les moyens locaux mis en jeu, mettant en cause comme tu dis les politiques gouvernementales. L'absence de matériels dans les lycées, dans les laboratoires, dans les structures académiques poussent les jeunes africains à s'expatrier. Enfin, s'expatrient ceux qui ont les moyens de le faire. Reste ensuite à les convaincre de rentrer chez eux mettre au profit de leur pays ce qu'ils ont developpé comme compétences. Ce qui n'est pas le plus simple, je te l'accorde.

    Les sciences et la technique, une affaire de blanc??? Tout dépend du contexte Aida. Les choses se feront, petit à petit, le tour de l'Afrique viendra, j'en suis convaincue.

    La musique, la danse, tu as oublié le football, les escroqueries...bref en regardant les salaires de footballeurs ou l'argent qu'un brouteur se fait par escroquerie, je peux comprendre que les jeunes africains ne soient pas plus motivés que ça par l'école. En effet ils ont généralement des exemples de parents/amis/autres diplômés ne plus finir mais qui galèrent avec eux au quartier...L'école n'est plus une valeur sûre et c'est pourquoi les jeunes sont découragés.
    Nos dirigeants ont des moyens de changer ces mentalités, encore faudrait-il qu'ils le veuillent!

    Posté par Lenaelle, 30 avril 2009 à 10:51
  • La science est universelle

    Chère Lenaelle,
    Quand je dis que les jeunes Africains sont ignorants en science, je ne parle pas de tous les jeunes. Mais il faut reconnaître que la grande majorité n'ont pas accès à ces connaissance car l'enseignement de la physique et de la chimie n' est pas généralisé dans nos lycées jusqu'en 3eme, moins de 5%. Ensuite parmi les 95% qui restent, moins de 10% vont choisir des études scientifiques qu'ils ne terminent pas. Donc la grande majorité de la population est complètement fermée à la science.Donc il faut généralisé l'enseignement scientifique et le commencer plus tôt à l'école.
    Evidemment, je ne pense pas que "la science et la technique sont une affaire de blanc", j'ai plûtot essayé de démontrer le contraire. Mais j'ai l'impression que c'est l'avis de nos populations, chez qui on entend des phrases comme:" les blancs sont des sur-hommes", "dieu leur a donné accès à toutes ces connaissances comme un don naturel et pas nous" etc... Ce sont des phrases qu'on entend encore en Afrique, qui me laissent toujours malheureuse.
    Il ne faut surtout pas que les jeunes en choisissant leur formation pensent d'abord à l'argent et au chômage et à l'argent C'est surtout une question de vocation. Les scientifiques et les ingénieurs ou chercheurs ne sont pas riches en général.
    Pour susciter ces vocations, il faut encore une fois que la science devienne populaire, qu'elle devienne une affaire de masse surtout afin qu'on représente dans les écoles d'ingénieurs ou les universités scientifiques, centres de recherches etc... plus de 5%. Car nous (Africains)y sommes moins représentés que les femmes qui font moins de 5%.

    Posté par aida, 30 avril 2009 à 22:42
  • "L'amour des sciences"!!! Dis moi, tu connais la pyramide de Maslow?? Voilà des gens qui voient le soleil se lever avec anxiété tout simplement parce qu'il ne savent pas s'il vont manger de la journée, et toi tu veux qu'ils s'intéressent aux subtilités de la poussée d'Archimède? Cette "grande majorité", ignorante de la science, a faim; et "ventre affamé" n'a point d'oreille pour entendre la théorie de la relativité!

    Posté par Sehanne, 01 mai 2009 à 23:09
  • Mais ventre qui a faim danse

    Bienvenue sur mon blog Sehanne.
    La pyramide de Maslow ne peut pas tout expliquer. Les Japonais, au lendemain de la seconde guerre mondiale, après Hiroshima et Nagasaky, il n'avaient pas faim? ils n'étaient pas traumatisés?
    L'inde en ce moment, il n'y a pas des millions de ventres affamés?
    La chine, combien de millions de pauvres?
    On ne peut pas éternellement s'accrocher à ces alibis pour expliquer notre retard. ça n'explique pas tout!
    Soit on n'aime l'Afrique, on se regarde en face, on se dit la vérité et on avance, soit on se cache derrières ces justifications, et nous aurons toujours faim.
    Je ne leur demande pas de maîtriser la théorie de la relativité d'Albert Einstein que le commun des mortels, même en occident, ne connait pas.
    Mais d'être juste imprégné des notions scientifiques les plus élémentaires: théorie de la gravitation, les éléments chimiques, la composition de l'air, les matériaux et leur numéro atomique, l'atome, les états de la matière etc...
    Je ne reproche rien à ces millions d' Africains ignorants de la science, mais plutôt à ceux qui peuvent faire quelque chose pour les en sortir, mais qui ont intérêt à les garder le plus longtemps possible dans l'ignorance pour mieux les exploiter, je veux parler de nos dirigeants et de l'occident.
    Ventre qui a faim n'a point d'oreilles, c'est sûr, mais on a tout de même la force physique de danser et chanter, et "penser" ne demande pas autant d'effort physique.
    Je n'ai rien contre la musique, mais il faut du tout pour faire un vrai monde.
    Il faut changer les mentalités.

    Posté par aida, 02 mai 2009 à 13:51
  • "les éléments chimiques, la composition de l'air, les matériaux et leur numéro atomique, l'atome, les états de la matière etc..."

    Si tu en as l'occasion, fais un sondage dans un pays européen ou en chine et tu verras que sur 100 personnes moins de 10 personnes maîtrisent tout ce que tu viens d'évoquer.

    Le problème de l'Afrique ce n'est pas d'ignorer la composition de l'air. C'est surtout l'indiscipline, le désordre et le manque d'acharnement au travail (c'est criant dans les administration publiques). Ceux qui ont construit la chine et le Japon c'est d'abord les ouvriers et les paysans qui se tuaient à la tache. Les scientifiques ont été des éclaireurs. Si on se met au travail dans l'ordre et la discipline, le reste suivra.

    Posté par Sehanne, 04 mai 2009 à 18:10
  • @Sehanne,

    "les éléments chimiques, la composition de l'air, les matériaux et leur numéro atomique, l'atome, les états de la matière etc..." c'est pour prendre un exemple. Mais avoues que ça fait bizarre qu'au 21e siècle qu'on ignore encore l'existence de l'Atome, et qu'on a jamais entendu le mot"azote" bien que l'ignorer ne prive pas de respirer!

    Je ne dis pas que l'européen moyen maîtrise ces choses là, mais qu'ils sont en moyenne informés et ont certaines notions, même élémentaires. Je parle de culture générale en science. Il faut reconnaître que même en enseignement général, le niveau moyen est plus élevé, et idem en enseignement scientifique et technique.
    Pour le reste, je suis d'accord. Mais tout est lié : sans instruction, sans éducation, c'est l'ignorance, l'inconséquence puis l'anarchie qui s'installent. Ajouter cela à la pyramide de Maslow pour voir le tableau que ça donne.

    Posté par aida, 04 mai 2009 à 20:58
  • En tout cas, moi je retiens que Sehanne a eu droit à des 'bienvenue' à gauche, à droite. Quand je suis arrivé même une bisette il n'y a pas eu.

    Lool, non mais pour revenir dans le sujet, si on analyse l'une des raisons de notre (Afrique) anéantissement, eh bien les techniques, la science, y jouent un rôle prépondérant.
    Si on regarde bien, il s'agit d'information en fait. Et l'information est malheureusement utilisée comme une arme.
    On voit bien comment on peut briser tout un peuple en faussant et manipulant l'information sur son passé par exemple.
    La survie de l'Afrique dépendra du fait qu'elle aura réussi ou non elle aussi, à s'approprier cette arme, de facon à pouvoir par sa science, ses canaux propres accéder à l'information, la vraie.
    Et vu l'importance capitale de ce point, je comprends parfaitement que notre chère Aida trépigne d'impatience.

    Posté par Eddy, 05 mai 2009 à 09:23
  • Aïda, comme je vis en France, je parlerai donc de ce pays que je connais bien. Pendant mes études supérieures, pour me faire un peu d'argent je donnais des cours aux lycéens pour me faire un peu de sou. Et je suis tombé de très haut quand je me suis rendu compte des lacunes qu'ils avaient. J'ai même rencontré une élève de terminale qui ne maîtrisait même pas sa table de multiplication. Et le première fois que j'ai vu les épreuves du bac français j'ai éclaté de rire tellement c'était facile. Alors crois moi le niveau de l'enseignement général français par exemple, est loin d'être aussi bon que celui de la CI (mon pays). La grande différence ce sont les infrastructures et les débouchés!!!!

    Posté par Sehanne, 05 mai 2009 à 09:31
  • GROS_BISOU_DE_ BIENVENUE A EDDY

    Désolée, mais comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, je te fais à toi un :

    GROS_BISOU_DE_ BIENVENUE A EDDY

    Posté par aida, 05 mai 2009 à 13:11
  • Eddy, ça va aller!! Ne sois pas jaloux!!!! lol

    Posté par Sehanne, 05 mai 2009 à 17:15
  • Thx.

    Posté par Eddy, 10 mai 2009 à 11:19
  • C'est justement là le problème

    @Eddy,
    c'est pas de la mauvaise volonté, mais j'ai pas compris ton commentaire!
    @Sehanne
    Je suis d'accord à moitié sur le niveau en enseignement général. J'ai travaillé en France, et j'ai souvent vu qu'ils avaient des problèmes d'orthographe et de grammaire. En général, les épreuves sont plus difficiles ici. Mais le taux de réussite au bac est plus élévé aussi là-bas.
    Donc je suis d'acord que c'est un problème de moyen qui se pose ici. Mais aussi, je pense que nous passons beaucoup de temps en Afrique Francophone à essayer de maîtriser le Français, ( pendant plus de 6 ans de scolarité) ce qui nous retarde depuis les indépendances. C'est pas pratique. En ce moment au Sénégal, il y'a beaucoup d'émissions genre dictée, epellations de mots etc...et on mobilise les enfants sur des trucs comme ça pendant des mois.
    Il faut se rappeler que les premiers gouvernements d'après les indépendances étaient composés surtout d'agrégés en gammaire et autres lettrés etc.. On voit le résultat aujourd'hui.J'admire les écrivains, mais je préfère des personnes plus pratiques pour gouverner.

    Posté par AÏDA, 10 mai 2009 à 21:06
  • @Aida,
    quel commentaire? Celui du 05 mai 2009 à 09:23?

    Posté par Eddy, 12 mai 2009 à 20:57
  • Non Eddy, celui du 10 Mai ou c'est écrit:" Thx."

    Posté par aida, 12 mai 2009 à 22:01
  • Demande d'entretien...

    Bonjour Aïda,

    Dans le cadre de la rubrique ENTRETIEN de mon blog, j'aimerais savoir si tu serais d'accord pour répondre à mes questions que je publierais ensuite sur mon blog.
    Tu peux, sur mon blog, voir le premier entretien que j'ai publié pour mieux te rendre compte de la formule.
    Si tu es d'accord, je t'enverrai une série de questions auxquelles tu pourras répondre librement.
    Amicalement.

    Posté par St-Ralph, 15 mai 2009 à 08:15
  • Aida,
    au fait, ce fameux commentaire tu l'as compris depuis là? Ou alors ma réponse a atteri au cimetiere des spams?

    Posté par Eddy, 09 juillet 2009 à 12:12
  • afrique

    bonjour aïda
    je suis blanc et français , désolé , on ne peut être parfait ... sourires ...
    concernant l'afrique , hélas , personne ne dit la vérité : il est moins couteux pour les multinationales , de manipuler par la corruption , des politiques , soigneusement sélectionnés , que de payer les matières premières à leur prix réel ...
    alors , c'est un problème africain : il faut parvenir à évincer les corrompus , sans se laisser manipuler , par d'autres multinationales ne désirant que prendre la place de celles qui y sont déjà ...
    bon courage , mais si vous parveniez à faire le ménage chez vous , ça nous aiderais bougrement , quand je dis nous , je parle des populations , à rentrer dans un système plus humain ...
    l'argent a généré les multinationales , et c'est la mort de l'humain ...
    il est impensable que nous ayont la capacité d'aller dans l'espace , de guerir les gens , de nourrir tout le monde , et de ne pouvoir le faire , faute d'argent ...
    l'argent n'est rien pourtant , et il empêche tout !
    quand au passé de l'afrique , et du reste de la terre , le livre que je suis en train d'écrire , destination terre , éclaire bien des points ...

    amitiés
    fréderic

    Posté par fréderic, 26 juillet 2009 à 12:48
  • Eh oui, nul n'est parfait (lol), bienvenue sur mon blog Frédéric. Mais, imaginons un monde avec une seule culture, une seule couleur, une seule ethnie, ce serait vraiment monotone. Vive les différences qui ajoutent du contraste et de la couleur dans notre monde.
    Je suis de ton avis, mais ce n'est pas qu'un problème Africain, puisque la corruption vient d'en haut, des puissances, et se propagent. L'Afrique toute seule ne pourra jamais éradiquer tous ces maux. Il faut la volonté politique des puissances occidentales aussi. Sinon comment se battre quand certains présidents Africains qui parquent des millions d'Euros et Dollars dans certaines banques d'Europes et d'ailleurs? Une population privée d'éducation, en grande majorité, comment pourra-t-elle s'organiser pour se relever?
    Il faut arrêter ce double discours des occidentaux, qui protègent les corrupteurs et dictateurs de notre société uniquement pour sauver ses intérêts.
    L'éducation d'abord, les US d'afrique ensuite, bien sûr, avec un jeu honnête de l'occident pour voir un début de développement de l'Afrique.

    Posté par aida, 28 juillet 2009 à 21:24
  • assimilation

    je voudrais tout simplement dire que l'on peut reconstruire l’Afrique
    nous ne pouvons rien si nous ne nous tournons pas vers nos cultures
    tous les ingénieurs africains ainsi que tous les hommes de sciences en Afrique gagneraient a faire une anthropologie profonde et sans complaisance de l’Afrique pour la comprendre
    Ensuite faire un scanner sur l'esclavage et la colonisation
    Enfin recréer ou réveiller l'esprit pharaonique des sciences africaines qui coulent dans nos veines

    Posté par anombou, 25 septembre 2013 à 21:53

Poster un commentaire